The Promised Neverland

Découverte de : The Promised Neverland Épisode 1 !

Tout d’abord vivement attendu en manga en France et ayant bénéficié d’une publicité assez colossale, The Promised Neverland, le manga le plus attendu de 2018, arrive en anime !

The Promised Neverland est un manga ayant connu un succès assez fulgurant. Un renouveau du shonen, mêlant fantastique mais surtout horreur, épouvante, et suspense ! Il s’agit de se lancer dans l’aventure éprouvante de Emma, Norman et Ray, dirigée par deux mains de maîtres : DEMIZU Posuka et SHIRAI Kaiu. Avec actuellement 5 tomes en France et 12 au Japon, voyons ce qu’a dans le ventre ce nouvel anime de 2019.

Un premier épisode qui promet

Wakanim avait fait un décompte sur ses réseaux sociaux, et finalement, l’épisode est arrivé. Bien évidemment attendu avec une impatience difficile à contenir, une chose est sûre : le premier épisode de l’anime n’aura pas déçu, bien au contraire !

Entre l’animation, les doublages, l’opening et l’ambiance générale, ce premier épisode peut-être qualifié d’excellent sans l’ombre d’un doute. Reste à savoir si l’anime va rester à ce niveau d’excellence, voire nous surprendre d’avantage !

Plus en détail, l’opening Touch Off de UVERworld plonge immédiatement dans une ambiance dynamique, avec un clip choyé mêlant passages entre nos trois héros et leur complicité, et autres personnages, tels les enfants ou « Maman ». Le clip est très beau, et le montage accompagné de la musique nous oblige presque à battre le rythme.

Rien à redire au niveau de l’animation, qui est vraiment propre et fluide, et des designs en général qui laissent bien paraître le style si particulier de DEMIZU Posuka, sublimé par des couleurs vives et variées. Les doublages quant à eux sont très justes : rien qu’à entendre les personnages, on arrive à en deviner leur caractère. Mais le plus époustouflant dans ce premier épisode de The Promised Neverland, c’est…

L’ambiance générale

Une ambiance à couper le souffle. C’est sur cette dernière que l’on attendait l’anime. Le début est bien gentil, bien mignon, tout se passe au mieux dans l’orphelinat de Grace Field House, mais là où les fans attendaient l’anime au tournant, c’était bien sur l’élément perturbateur. Moment magnifiquement géré avec un grand succès, puisque tout y était. Alors que l’on pouvait craindre un anime, qui, tels certains films d’horreur, choisirait le sursaut comme arme, la peur instaurée par l’épisode s’apparente au contraire à une angoisse bien plus profonde qu’une simple frayeur.

Ainsi, pour le moment, aucun screamer n’est à déplorer. L’anime a su, avec sa musique et ses plans, instaurer une dimension angoissante à l’une des scènes les plus connues de The Promised Neverland. La musique s’accélère peu à peu, la caméra bascule, fait des plans de plus en plus rapprochés, et finalement, la mine horrifiée de Norman et Emma, accompagnée de toutes leurs angoisses, leur gestuelle pour se retenir de hurler, nous plonge nous aussi dans une angoisse à nous couper la voix…

L’extériorisation d’Emma par la suite est également très belle, et donne un côté vraiment humain. Un hurlement de rage, de peur, de dégoût, et un Norman impuissant. Voilà ce que propose le premier épisode. Un anime aux abords mignons qui va virer au cauchemar, et instaurer la peur petit à petit. Un anime où des enfants vont devoir lutter pour leur survie, en déjouant tous les pièges sur leur route.

Enfin, les lecteurs auront pu remarquer quelques éléments annonciateurs de la suite des événements. Rien n’est laissé au hasard, chaque plan compte, et rien n’est anodin…

Qu’attendre de la suite ?

Avec un lancement pareil, on est en droit de se demander ce que sera la suite ! Et avec 12 épisodes, l’anime aura peu de temps pour faire ses preuves… On peut d’ailleurs déjà supposer/estimer qu’il s’arrêtera aux environs du tome 4.

La première exigence, ça va être bien évidemment une constance dans l’excellence du premier épisode. L’on sait que le manga est rempli de réflexions, de scènes d’angoisse, d’une course contre la mort. L’anime va donc avoir le défi de nous tenir en haleine pendant ces 12 épisodes de 25 minutes.

Étant donné que l’anime ne va pas s’étendre sur la longueur -du moins dans un premier temps-, la question de l’évolution du dessin ne devrait pas trop se poser. L’animation ne devrait pas avoir le temps de s’essouffler.

Tout ce qu’on peut attendre, c’est une angoisse comme au premier épisode (voire grandissante), et une trame qui suit le manga, le tout accompagné d’indices que laissent paraître certains plans sur la suite des événements. En clair, continuer sur cette lancée, pour être l’un des meilleurs animés de ce début d’année.

Pour rappel, The Promised Neverland est diffusé sur Wakanim, avec un nouvel épisode tous les jeudi à 18h25 !

Share

EiramMug, rédactrice MugMoi, pour vous servir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com