Biorg Trinity

Critique de « Biorg Trinity » d’Ōtarō Maijō et d’Oh! Great

Cette semaine, la maison d’édition Kazé a publié le quatorzième et dernier tome de Biorg Trinity. Scénarisé par Ōtarō Maijō et dessiné par Oh! Great celui-ci a commencé le 19 décembre 2014 dans l’Ultra Jump, magazine de prépublication mensuel de la Shūeisha. Ce manga a terminé sa prépublication le 19 décembre 2017. Il aura donc duré exactement trois ans.

Ōtarō Maijō est un auteur de romans japonais. Il a notamment écrit en 2012 une histoire sur le père de Joseph Joestar dans un roman se déroulant dans l’univers de JoJo’s Bizarre Adventure. Oh! Great est l’auteur d’Enfer et Paradis et d’Air Gear. Depuis peu il travaille d’ailleurs sur l’adaptation en manga de Bakemonogatari. Mais penchons nous plus en détail sur Biorg Trinity, dont voici le résumé du premier tome :

Le monde est rongé par un mal étrange baptisé “Bio Bug”: des “trous” apparaissent chez certains individus, leur permettant d’absorber et de fusionner avec l’objet de leur choix. Le résultat peut se révéler utile, remarquable ou… terrifiant !
Cependant, les préoccupations des lycéens demeurent les mêmes et notre héros, Fujii, est moins intéressé par la capacité de son amie Kiwa à fusionner avec une moto que par la charmante Fumiho Enomoto. Malheureusement pour lui, il a comme rival le brillant Hosa, qui veille sur la jeune fille depuis sa plus tendre enfance… Car Fumiho, sous ses airs insouciants, cache un secret qui pourrait affecter la Terre entière !
Lorsque Fujii se découvre lui-même atteint d’un Bio Bug, quel choix fera-t-il pour obtenir une place dans le cœur de Fumiho ?

Maintenant que le contexte est posé, passons à la critique.

L’histoire

L’histoire de ce manga n’est pas adaptée à un public très jeune étant donné sa complexité. Car oui, ne vous attendez pas à lire ce manga par pure détente, vous aurez vraiment besoin de vous concentrer. Et plus l’intrigue avance, plus elle se diversifie et se complexifie. Mais est-ce un défaut ? Pas du tout, bien au contraire. Cela permet de ne pas montrer une histoire d’amour banale. Car même si l’amour est le thème principal, il sera abordé d’une manière assez originale. En effet le destin du monde est changé à cause de cette histoire. Tout est donc remis en cause.

De plus le concept de bio-bug est très intéressant. Même si à mon sens son concept est mal utilisé lorsque l’on approche de la fin de l’histoire. En effet on sent que les auteurs ont limité certains pouvoirs qui pouvaient devenir ingérables. Ce n’est pas une mauvaise chose, au contraire, mais on aurait préféré que ce soit mieux utilisé, ou du moins plus clair sur certains aspects. Mais le bio-bug apporte de très bonnes choses, tout comme la relation entre Fuji et Hosa, qui vivent dans le même corps suite à un accident.

L’histoire se trouve être complexe, pour notre plus grand plaisir… ou notre plus grand malheur. Même si on comprend les grandes lignes, la narration n’est pas très forte. Chaque élément ne fait que la complexifier pour pas grand-chose. Ça nous forcera à relire le manga afin de bien tout comprendre, même s’il y a des choses que personnellement je n’ai toujours pas compris.

C’est typiquement le genre de manga qu’il faut relire une fois qu’on l’a fini pour tout comprendre. C’est une qualité dans un sens, une histoire que l’on comprend qu’à la fin peut être intéressante. Néanmoins ici il va vraiment falloir refaire plusieurs relectures pour tout comprendre du début à la fin. Mais que serait cette histoire sans son dessin ?

Biorg Trinity

Source & Crédits : ©Kazé Manga

Les dessins

Qu’on se le dise, Air Gear et Enfer et Paradis n’ont pas permis à la fantaisie d’Oh! Great de s’exprimer pleinement. Avec l’histoire des bio-bugs, Biorg Trinity lui permet de se laisser aller. L’auteur va pouvoir dessiner toutes sortes de fusions entre des animaux et des humains, ou encore des machines, etc. Cela lui permet d’exploiter pleinement son potentiel, et tant mieux pour nos pupilles. Le trait est magnifique, les double-pages sont incroyables et je pourrais continuer comme ça pendant longtemps.

Le côté positif de ce manga, c’est qu’Oh! Great s’entoure d’un scénariste, et ça lui permet de se concentrer pleinement sur la partie graphique. Et franchement, elle fait plaisir. L’auteur se laisse à ses folies et il dessine avec comme seule limite son imagination, qu’on sait très grande.

Conclusion

Malgré son histoire complexe, Biorg Trinity se trouve être un excellent manga. Les traits d’Oh! Great et les personnages y sont pour quelque chose. Chaque personnage sera intéressant et servira à l’histoire. Chacun se démarque par sa personnalité, plutôt atypique pour certains. On notera quand même le plus gros défaut du manga : les blagues sexuelles qui se trouvent être assez lourdes au fur et à mesure. Au début elles pouvaient nous faire esquisser un sourire mais il y en a une surabondance tout au long de l’œuvre.

Loin d’être le manga du siècle, Biorg Trinity se trouve être une très bonne surprise. Mais si vous avez été attirés, comme moi, par le fait qu’Oh! Great dessine, n’hésitez pas, il fait là un excellent travail.

Share

Sorti tout droit de la cambrousse pour vous faire découvrir mes innombrables passions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com