gyroroue

Tour de France en gyroroue : le défi de Monsieur Flex !

En pleine période du Tour de France, Monsieur Flex s’est lancé un défi. Faire un Tour de France en gyroroue !

Le Tour de France connaît une grande popularité en France. Beaucoup en suivent la progression… De son côté, Monsieur Flex a décidé de faire le sien. Un Tour de France en gyroroue, une première ! Il a par ailleurs accepté de répondre à nos questions.

Qui est Monsieur Flex ?

De son vrai nom Thomas, Monsieur Flex est inscrit sur YouTube depuis octobre 2011. Cependant, il n’a commencé les vidéos sur la mono-roue électrique qu’en 2016 ! Que peut-on retrouver sur sa chaîne ? Des tests, du freestyle et des vlogs ! Et il ne s’arrête pas qu’à la gyroroue. En effet, il teste également d’autres moyens de transport électriques, comme les trottinettes !

gyroroue

Source et Credits : https://www.instagram.com/monsieurflex/

Mais qu’est-ce que la gyroroue ?

Vous en avez sûrement déjà aperçu ! Il s’agit de ces roues électriques qui avancent selon l’inclinaison du pilote. Mais comment ça marche ? En fait, il y a un moteur électrique autour de l’axe de la roue. A cela s’ajoute un gyroscope : il stabilise la machine dans l’axe de la longueur. Voilà qui explique que l’on avance en se penchant mais aussi que l’on s’incline en arrière pour freiner !

gyroroue

Source et Credits : https://blog.alternative.bike/

Des conseils pour d’éventuels débutants ?
« Il faut bien choisir sa roue et ne pas acheter de sous-marques. Restez dans les marques connues : Ninebot, Gotway, Inmotion, Kingsong… Si vous prenez autre chose, vous allez apprendre, mais vite vouloir la revendre. Ce sont des machines abordables mais dangereuses et pas adaptées. Elles ne vont pas très vites et peuvent couper facilement. Mieux vaut investir un peu plus ! Et acheter d’occasion est une bonne option. Il faut analyser ses besoins et prendre en compte que rouler peut vite devenir un plaisir. C’est pourquoi il ne faut pas une autonomie trop basse ou trop haute : 30 km/h c’est très bien pour commencer. »

Monsieur Flex et la gyroroue

Pourquoi avoir choisi cela ?
« Ce n’est pas vraiment quelque chose que tu choisis. En fait, il suffit de voir une vidéo ou bien quelqu’un en faire dans la rue et de se dire : « ça a l’air trop bien ! ». Pour ma part, j’ai vu quelqu’un passer devant moi avec une gyroroue et je ne connaissais pas du tout. Et c’était justement au moment où je cherchais un moyen d’aller au travail sans prendre ma voiture, les transports en commun ou le vélo. Je me suis dit que c’était ce qu’il me fallait ! J’ai fait mes recherches puis je m’en suis acheté une. Depuis, je ne peux plus m’en passer et m’est venu l’idée de voyager avec. »

Quelle était ta première roue ?
« C’était une Ninebot One e+. C’est une roue que Segway vend. A l’époque où je l’ai achetée, elle coûtait 650 euros. C’était une roue assez classique : elle avait peu d’autonomie et de vitesse mais était très bien pour commencer. »

Les avantages et les inconvénients ?
« On ne s’y fatigue pas comme sur un vélo. On pollue moins et on l’a toujours sur soi puisque ça ne prend pas de place ! C’est également agréable : cela nous donne la sensation du ski ou du roller. Mais le seul désavantage est son prix. Les anciens modèles sont plus abordables. »

Que peut-on faire avec, à part rouler ?
« On peut tenter quelques figures. Certains l’utilisent aussi pour l’art du spectacle ! Mais ce n’est pas encore fait pour ça. »

Le Tour de France : l’idée et l’organisation

D’où t’es venu cette idée ?
« J’ai toujours voulu voyager mais je n’ai jamais pu le faire, que ce soit en voiture, en vélo ou en vacances. Je regardais également les vidéos d’Antoine de Maximy (« J’irai dormir chez vous »). Je trouvais ça dingue de partir avec un sac à dos, de faire du stop et de demander à se faire héberger ! Donc, je me suis dit : pourquoi pas ? D’ailleurs, Hugo Bibron s’en est inspiré pour « J’irai charger chez vous ». Il est parti avec un sac à dos, sa tente et sa roue ! Je me suis dit que c’était un vrai moyen de se déplacer et j’ai voulu tenter l’aventure.
Bien sûr, il y a le côté symbolique du Tour de France : ça a été fait en vélo, à pieds, en rollers et même en skate. Mais personne ne l’avait fait en roue, alors je me suis lancé ! C’était aussi l’occasion de découvrir le voyage : je n’ai jamais fait de camping. J’ai tout découvert sur le tas ! J’ai acheté ce qu’il fallait et j’ai passé des heures dans un Décathlon à demander des conseils.
»

Était-ce dur à organiser ?
« Non : le plus dur était de bien choisir ses étapes en fonction de l’autonomie de la roue. Je partais de l’idée de faire environ 100 km par jour avec une charge tous les 50 km ! J’ai choisi mes étapes avec Google Map, pour éviter de me retrouver sans prise au moment où j’en aurais besoin. Mais à part ça, j’ai juste préparé mon sac, je me suis renseigné sur le voyage et imprégné de ceux qui en avaient l’expérience. J’ai lu des blogs de voyageurs à vélo, à pied… Je me suis nourri de cet esprit de voyageur, et je suis parti. »

Les objectifs ?
« Rencontrer les wheelers et ceux qui veulent se mettre à la roue. Mais aussi promouvoir ces moyens de déplacement électriques ! Beaucoup me demandent s’ils peuvent essayer. Quand je leur propose, ils sont intéressés : c’est plutôt cool. »

Le Tour de France : ce qu’il faut en retenir

Ton meilleur souvenir ?
« C’est compliqué ! Tous les jours, je me construis de nouveaux souvenirs. Que je sois seul à dormir par terre ou dans le toboggan d’un McDo. Quand je rencontre un papi de 64 ans qui fait de la roue alors qu’il a un problème à la hanche… Je n’ai pas un souvenir meilleur que les autres. Ou alors, il faudrait que je regarde toutes mes vidéos et photos ! Pour le moment en tout cas, je n’ai pas un souvenir en particulier à choisir. »

Ton pire souvenir ?
« Le souci avec ma roue ! Elle ne veut plus redémarrer. Je suis stressé, je me demande comment je vais pouvoir repartir… »

As-tu apprécié une ville plus que les autres, y a-t-il un endroit où tu comptes revenir plus tard ?
« J’ai beaucoup aimé Nantes : c’est une très belle ville. On m’en avait dit beaucoup de mal mais elle m’a beaucoup plu. Et il y a aussi Bordeaux, Strasbourg, Les Sables d’Olonne, Carcassonne et sa cité médiévale… »

Et sinon ?

Comptes-tu refaire un autre Tour de France, mais avec un trajet différent ?
« Je ne sais pas : peut-être ! Le souci, c’est que ça demande du temps et que ce n’est pas de tout repos. Je verrai à la fin : « qu’est-ce qui me motivera ? ». Soit je vois plus grand et je pars sur un roadtrip, un tour d’Europe ou un tour du Monde. Soit je refais un Tour de France et je passe par la Bretagne, par Lille, par la Côte d’Azur »

As-tu un autre gros projet ?
« Non ! Je fais en fonction de mes envies. Mon grand projet était de faire un Tour de France : je suis content et en plein dedans. Mais après ça, je continuerai mes petites vidéos par-ci par-là, les collaborations avec ceux que j’aime bien… »

Que penses-tu de la communauté des wheelers ?
« On se réunit autour de notre passion pour la gyroroue. De mon point de vue, c’est une bonne communauté. Je suis soutenu par beaucoup. Mais il y a des tensions partout. »

Bilan

gyroroue

Source et Credits : https://www.facebook.com/kingsongEU/

Monsieur Flex a été sponsorisé par Mobilityurban : ceux-ci lui ont prêté une KS 18L, avec laquelle il a effectué son Tour de France. Débuté le 30 juin, ce dernier s’est terminé le 1er août. Durant ce laps de temps, Monsieur Flex aura parcouru 3426 km ! N’hésitez pas à aller voir son aventure sur YouTube !

Share

Rédactrice principalement manga, j'aime bien aborder pleins d'autres sujets !

One Comment

  1. André Reply

    un grand Merci à toutes les personnes qui ont aidés MonsieurFlex dans son périple , Salut c’est le Papy André ! de Villeneuve les Béziers qui a la prothèse totale de genoux avec la deuxième qui aurait du être faite depuis plusieurs années déjà ; Mais je retarde, Oui ! Car les roues me m’enquerraient trop. Alors je roule sur les pistes de terre de la région de Béziers depuis Mai 2017 j’ai déjà bien plus de 8 mille kilomètres dans les jambes avec le GotWay MS2 et le Monster 2400 où je découvre des lieux splendides . Je suis très heureux de faire des rencontres comme Thomas MonsieurFlex ou Freddy de Valras qui m’a contacté suite au Tour de France de Thomas cela me RAVI de faire des belles rencontres de ces passionnés . Je rêve de faire St Jacques de Compostelle avec un petit groupe de Wheeler Thomas, Ugo, Delavegas Ne pourrez t-on pas faire ce ST Jacques ? J’aimerai que vous y réfléchissiez pour l’an 2019 Thomas tu as mon N° de Tél . Je profite pour lancer cette réflexion afin que mon rêve aboutisse avant mon dernier souffle . Amicalement André

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com