Une femme d'exception

Critique « Une femme d’exception » réalisé par Mimi Leder

Ce biopic revient sur l’extraordinaire courage dont a fait preuve Ruth Bader Ginsburg. Cette femme, aujourd’hui âgée de 85 ans, siège encore à la Cour Suprême des États-Unis. Elle est l’une des grandes figures progressistes du pays, revendiquant l’égalité des sexes.

Une femme d’exception, oui. Un film d’exception, non.

Une femme d'exception

Sources & Credits : allociné.fr

Ma note : 6 / 10

Allez-y si vous aimez : le féminisme, les biopics, l’Histoire des États-Unis.

A éviter si vous n’aimez pas : les leçons d’histoire, le manque d’émotion, le manque d’action.

Avec Felicity Jones (Rogue One : A Star Wars Story), Armie Hammer (Call Me By Your Name), Justin Theroux (L’espion qui m’a largué), Sam Waterston (Miss Sloane),…

 

Ruth Bader Ginsburg, une jeune avocate brillante et idéaliste, a dû se battre pour faire sa place au milieu des hommes dès ses premières années d’études de droit. Se déroulant dans les années 50, cette histoire montre comment une femme a su ouvrir la voie à toutes ses semblables, luttant contre le sexisme et la discrimination du genre.

 

Biopic académique…

Bien que la femme soit exceptionnelle, le film qui s’inspire de sa vie ne l’est pas pour autant. Certes, c’est une belle leçon d’histoire, montrant qu’avec détermination, courage et un certain toupet, on peut réaliser de grandes choses. Le destin de Ruth Bader Ginsburg, discriminée et rejetée par tous les cabinets d’avocats alors qu’elle était majeure de sa promotion, est devenue une icône pour la liberté et l’égalité des femmes aux États-Unis. En cela, le documentaire RBG sorti l’année dernière est très intéressant pour compléter ce portrait qui revient avant tout sur ses origines et l’émergence de sa combativité. Il y a également un regard posé sur la sphère intime de cette figure publique et on s’aperçoit que cette hargne et cette volonté sans faille ne viennent pas de nulle part ! La relation conflictuelle avec sa fille, la maladie de son mari,… Le drame de sa vie a aussi forgé la figure historique qu’elle est devenue.

Felicity Jones l’incarne avec bienveillance, détermination et simplicité. On reste assez admiratif face à son ardeur, qui, pour l’époque (les années 50), relève davantage de la provocation que du courage. Néanmoins, la scène finale reste le moment historique fidèle et crucial tant attendu qui a le mérite de faire honneur à son éloquence sincère et brute de pomme, véritable point d’acmé pour l’actrice mais aussi pour le personnage.

Une femme d'exception

Sources & Credits : allociné.fr

Ou bavardage théorique ?

La réalisatrice, Mimi Leder, davantage active dans les séries, signe un film on ne peut plus classique dans sa forme. Tout est très lisse, sans surprise ni réelle implication émotionnelle, si bien qu’on pourrait reprocher à cette femme d’exception son côté trop factuel et informatif. On aurait aimé un peu plus de liberté et de toupet dans les partis-pris, à l’image de son personnage. C’est une belle leçon d’histoire qui nous replonge dans les mentalités fermées de l’époque, mais il manque cruellement une maitrise des tensions émotionnelles pour en faire un grand film qui marque les esprits et les cœurs. L’humour, à peine insufflé, est trop peu présent. C’est avec trop de distance que le film a été réalisé, comme une page de l’Histoire déjà tournée, alors que ce sujet est encore cruellement d’actualité… J’ai trouvé dommage de ne pas me sentir plus percuté par ce sujet.

Si Une femme d’exception remportait un prix…

Felicity Jones est très convaincante dans ce rôle. Une nomination, dans la catégorie meilleure actrice, pourrait être envisageable.

Share

Entre les films d'horreur et les films d'auteur, mon coeur balance...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com