Les fauves

Critique « Les fauves » réalisé par Vincent Mariette

Deuxième long-métrage de Vincent Mariette après Tristesse Club, Les fauves se range dans la catégorie thriller avec pour personnages une bande d’ados en vacances dans un camping. Teen-movie mystérieux donc, genre pas vraiment représenté dans la sphère cinématographique française. Alors, ça passe ou ça casse ?

La grande méchante panthère

Les fauves

Sources & Credits : allociné.fr

Ma note : 5 / 10

Allez-y si vous aimez : les films de genre français, le suspense, les gros chats.

A éviter si vous n’aimez pas : les teen-movies, le camping, les enquêtes policières.

Avec Lily-Rose Depp (L’homme fidèle), Laurent Lafitte (Un peuple et son roi), Aloïse Sauvage (Mal de pierres), Camille Cottin (Premières vacances),…

Dans un camping en Dordogne, plusieurs disparitions ont lieu, alimentant ainsi les histoires effrayantes des ados autour du feu de camp. Une rumeur prétendrait même qu’une panthère rôderait dans les parages… Laura, en vacances, est fascinée par son inquiétant voisin et ne sait comment s’adapter à la détective en charge de l’enquête autour de ces disparitions.

Haute tension

Très franchement, je trouve les critiques plutôt dures avec ce film de genre français. Certes, il y a quelques défauts qui auraient pu être évités et certains personnages auraient pu gagner en complexité, mais Les fauves créé et maintient une atmosphère où une belle tension règne. Le postulat de départ, déjà, est original et assure un mystère atypique faisant jongler le spectateur entre le polar, le thriller et le suspense. Ce qui est sûr, c’est que le genre teen-movie, sous-catégorie « thriller », est un genre très peu exploité en France et on ne peut que prêter un regard attentif au long-métrage de Vincent Mariette.

Les fauves

Sources & Credits : allociné.fr

Le début se révèle assez convaincant, avec une ligne narrative centrée sur des disparitions dans un camping. Par le prisme d’une ado (Lily-Rose Depp), on hésite entre réalité pragmatique et fiction fantastique. La présence de cette panthère mangeuse d’enfants est presque mythologique, et face à elle, celle d’un écrivain taiseux (Laurent Lafitte) et bourré de secrets met notre doute à rude épreuve. Mais ce n’est pas tout car l’inspectrice de police (Camille Cottin), chargée de l’affaire, ne fait qu’amplifier le mystère, surtout lorsqu’on se questionne sur sa cicatrice au visage. Ce trio, voire ce quatuor, est porteur de tout un suspense, d’un lot de non-dits étranges, lourds de sens et souvent très ambiguës. C’est comme si le spectateur était lui même en charge de résoudre sa propre enquête, sans vraiment avoir le fin mot de l’histoire. La mise en scène participe à la tension, notamment par sa narration effilochée, saccadée dans le temps et par ses plans serrés qui nous plongent dans le regard de ses protagonistes.

Manque de mordant

Mais on a l’impression que tout se joue sur la notion de mystère. Tous les acteurs, déjà, ne jouent jamais ce qu’ils sont vraiment. Ils cachent tous quelque chose, ce qui peut donner à la fois une harmonie dans le suspense mais aussi une certaine redondance dans ces émotions impassibles. Et suite au final, on est bien déçus après toute cette montée d’angoisse et de questions irrésolues. On réalise en fin de compte que tout repose sur des enjeux trop peu fouillés, assez faciles, pour vraiment convaincre.

En fait, on a affaire à l’étrange labyrinthe émotionnel d’une ado en vacances d’été, et à la même enseigne que son personnage principal, le film part dans tous les sens. Les personnages, même si ils sont bien interprétés, manquent de perversité et d’ambiguïté. Car là, Les fauves nous donnent des faux espoirs, créé des attentes inassouvies, sans même retomber sur ses pattes. En assumant le genre horrifique jusqu’au bout, le film aurait gagner en intensité et au moins, on aurait su à quoi s’attendre ! Là, le résultat est flottant, bancal, flou, décevant.

Si Les fauves remportait un prix…

Meilleur méchant ? Mais je ne dirai pas pour qui…

Share

Entre les films d'horreur et les films d'auteur, mon coeur balance...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com