Pacific Rim

Critique de « Pacific Rim : Uprising » de Steven S. DeKnight

Pacific Rim : Uprising fait suite à Pacific Rim, réalisé par Guillermo Del Toro et sorti en 2013. Changement de réalisateur pour cet opus, puisque c’est Steven S. DeKnight qui va prendre la relève. Alors est-ce que ce film est à la hauteur du premier ?

Pacific Rim raconte l’histoire d’une guerre contre des Kaijus. A la fin de ce premier film celle-ci se termine, non sans sacrifices. En effet, Stacker Pentecost va donner sa vie pour qu’elle prenne fin, en 2020. Dix années plus tard on retrouve son fils, Jake, qui va se retrouver embarqué dans un nouveau conflit.

L’histoire ?

N’ayons pas peur des mots, l’histoire est très simpliste, même un peu trop, là où le premier volet avait apporté un minimum de profondeur. Pacific Rim : Uprising scénaristiquement est très ressemblant à son prédécesseur. Les grandes lignes et certaines scènes sont reprises directement de celui-ci. Mais ce qui intéressait le plus les spectateurs c’est surtout comment le conflit entre les humains et les Kaijus reprenait. Même si ça semble un peu tiré par les cheveux, c’est crédible, et ça c’est un très bon point. Néanmoins il ne faut pas que ça pour faire un film, il faut aussi que les personnages soient crédibles.

De ce côté on peut dire que c’est un échec. Le réalisateur essaie de donner de l’importance à des personnages secondaires, mais il n’y arrive pas. Souvent, on aura juste une phrase pour décrire un personnage et on n’apprendra rien de plus sur lui tout au long du film. Ce qui est bien dommage car il y a tout de même des personnages qui mériteraient d’être plus mis en avant. Pacific Rim : Uprising essaie de donner de l’importance à ses personnages, mais dans ce scénario où tout va très vite il n’en a malheureusement pas le temps. Jake Pentecost ne sera pas développé alors qu’il s’agit du héros du film. Et Amara Namani sera grossièrement un copier-coller du personnage de Mako Nori, héroïne du premier film.

Les acteurs ne se démarquent donc pas dans cette production, mais leur jeu reste juste.

Pacific Rim

Source & Crédits : ©Legendary Pictures

La musique ?

La musique fait aussi partie des points faibles de ce film. Pour rappel, dans le premier opus c’est Ramin Djawadi qui s’occupait des soundtracks. C’est lui qui a composé pour Game of Thrones, Westworld et Prison Break, donc le gars est quand même une pointure. Il avait créé des musiques magnifiques, et le thème principal rentrait dans la tête et était incroyable. C’était donc difficile pour Lorne Balfe de prendre la relève, même s’il a beaucoup travaillé avec Hans Zimmer. Aucun thème ne ressort vraiment, à part celui du premier que l’on entend une ou deux fois. La musique n’aide donc pas à l’immersion.

La réalisation ?

On sent pour le réalisateur qu’il est difficile de passer après Guillermo Del Toro, mais finalement il a présenté quelque chose d’assez agréable. Dans Pacific Rim : Uprising celui-ci adopte un ton plus léger, plus coloré et moins pesant, ce qui est assez logique. Dans le premier film, le temps est à la guerre et elle fait naitre la crainte chez les humains, car à toutes seconde, ils peuvent mourir de l’attaque d’un Kaiju. C’est pourquoi l’ambiance est très sombre. Mais dans le second, le temps est à la paix, on est dans un monde en reconstruction. Il est donc plus logique de montrer une ambiance plus légère. A ce niveau-là difficile de critiquer. Steven S. DeKnight s’en sort assez bien.

Conclusion

Pour conclure, ce film n’égale pas le premier, mais si vous voulez juste voir de la baston entre des monstres et des robots géants vous êtes au bon endroit. Ce film séduira les plus jeunes d’entre nous malgré ses défauts. C’est un bon divertissement et on ne peut pas lui reprocher. Même si la fin tend à nous montrer qu’une suite est envisageable, difficile de l’imaginer en voyant le peu de chiffres d’affaire et le non-succès critique. Néanmoins je ne peux m’empêcher de me demander si le film aurait été mieux avec Guillermo Del Toro à la réalisation, qu’il a dû abandonner pour des problèmes d’emploi du temps. Au final, on ne le saura jamais.

Share

Sorti tout droit de la cambrousse pour vous faire découvrir mes innombrables passions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com