Marie Stuart reine d'Ecosse

Critique de « Marie Stuart, reine d’Ecosse » réalisé par Josie Rourke

Josie Rourke, à la base metteuse en scène de théâtre, signe ici son premier long-métrage. Cette fresque historique s’inscrit parfaitement dans l’ère du temps, avec ces femmes de pouvoir qui règnent dans un monde dominé par les hommes, avec empathie et tolérance.

Cousines rivales

Marie Stuart reine d'Ecosse

Sources & Credits : allociné.fr

Ma note : 8 / 10

A voir si vous aimez : les films historiques, Game of Thrones, les femmes de pouvoir.

A éviter si vous n’aimez pas : les rousses, les histoires vraies mais romancées, l’Angleterre et l’Ecosse pluvieuses.

Avec Saoirse Ronan (Sur la plage de Chesil), Margot Robbie (Moi, Tonya), Jack Lowden (Dunkerque), James McArdle (Star Wars Episode VII),…

Cousines et reines, Marie Stuart et Elisabeth Iere règnent chacune, l’une sur l’Ecosse, l’autre sur l’Angleterre. Malgré leur fascination réciproque, elles seront avant tout ennemies, pour se battre la couronne d’Angleterre. Entre histoire de mariage, de filiation, d’indépendance et guerre, leurs trônes sont mis en péril et risquent de changer le cours de l’Histoire..

 

 

Un récit palpitant

J’ai vraiment été séduit par cette fresque historique qui retrace le destin tragique de Marie Stuart, reine écossaise rebelle et farouche. C’est pas la première fois qu’on se penche sur cette figure au cinéma mais cette reconstitution de l’époque a su redorer notre intérêt en inscrivant cette biopic dans l’air du temps. Pour ma part, j’ai eu l’impression d’être face à un épisode de Game of Thrones où manigances, trahisons, manipulations et vengeances rythment le tout. Sauf qu’il y a du vrai dans toute cette romance et voir à quel point les hommes ne supportent pas le pouvoir des reines apporte un écho féministe non-négligeable !

L’histoire se révèle palpitante, imprévisible, dépaysante. Elle montre sans filtre la violence d’une époque tumultueuse. On adhère facilement à cette rivalité entre les deux cousines, chacune en possession de son trône et de sa cour. L’une a le luxe et est protestante, l’autre a la beauté et est catholique. La mise en scène, baroque et romanesque, offre un point de vue individuel sur chacune d’entre elles, et montre comment elles affrontent différemment la traitrise, la domination masculine et le poids de la religion. C’est d’ailleurs étonnant de savoir que c’est une première œuvre, elle qui semble tellement maitrisée.

Marie Stuart reine d'Ecosse

Sources & Credits : allociné.fr

Délicatement interprété

Costumes et décors sont réussis, tout comme la mise en scène qui assume, pour le bien du récit, une rencontre qui n’a jamais eu lieu entre les deux reines. C’est là qu’on voit leurs différences et leur air de famille. En cela, Saoirse Ronan en Marie Stuart et Margot Robbie en Elisabeth Iere, sont étonnantes. Elles signent un jeu de provocation et de domination brutal et sauvage qui les place sur un piédestal en souveraine déterminées et courageuses. Leurs partitions respectives sont complexes et denses en émotions. Ronan joue sans doute son meilleur rôle jusque là, à la fois forte, emphatique et fragile. Robbie, plus en second rôle, est souvent méconnaissable derrière cette perruque et cette couche de maquillage.

Certains vont sûrement reprocher un côté pathos. Pour ma part, les émotions sont bien dosées et ne viennent pas plomber l’aspect historique et factuel de cette rivalité entre les deux souveraines. Boudé aux dernières remises de récompenses, Marie Stuart n’en est pas moins un grand et beau film.

Si Marie Stuart, Reine d’Ecosse remportait un prix…

Pourtant annoncé dans la shortlist des fameux favoris aux Oscars, le film s’empare de deux nominations aux Oscar (maquillage et costumes), délaissant injustement les deux actrices…

Share

Entre les films d'horreur et les films d'auteur, mon coeur balance...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com