Les veuves

Critique de « Les Veuves » de Steve McQueen

Les Veuves s’inspire d’une série télévisée britannique du même nom des années 80. On retrouve aussi Steve McQueen à la réalisation qui a eu l’Oscar du meilleur film pour 12 Years a Slave il y a quatre ans. Il apporte une lecture féministe au film de braquage sur un fond de thriller politique.

Ne pas confondre grand réalisateur avec grand film !

Les veuves

Sources & Credits : allociné.fr

Ma note : 6 / 10

Allez voir si vous aimez : les thrillers politiques, les films de braquage, les femmes au pouvoir !

A éviter si vous n’aimez pas : les scénarios trop lisses, les politiques véreux, les films noirs.

Avec Viola Davis (Fences), Michelle Rodriguez (Fast & Furious 8), Elizabeth Debicki (The Cloverfield Paradox), Cynthia Erivo (Sale temps à l’Hôtel El Cortez),…

 

Après que leurs maris aient échoués leur braquage, quatre femmes se retrouvent veuves. Sans se connaitre, elles vont prendre leur destin en main en terminant la mission inachevée de leurs défunts époux afin de rembourser leurs dettes.

 

 

 

Des qualités indéniables propres au réalisateur…

On attendait avec impatience le retour de Steve McQueen et force est de constater qu’il étonne avec ce film de braquage féministe sur fond de politique corrompue. D’emblée, on est plongé dans l’action via les scènes d’un braquage réalistes, crues et intelligemment filmées. En effet, bien que cette histoire puisse décevoir par son genre déjà beaucoup de fois revisité, on est séduit par les innovations et la grande maitrise de mise en scène propres au réalisateur : ses mouvements de caméra sont puissants, rares et servent amplement la dramaturgie et les personnages.

Face au machisme et au pouvoir des hommes se dressent ce groupe de femmes déterminé à ne pas faiblir face aux menaces, face aux hommes qui ont soif de pouvoir. Ce que Ocean’s 8 faisait avec humour et paillettes, Les Veuves le fait avec froideur et hémoglobine. L’émotion du deuil est le moteur principal à cette intrigue qui semble tout à fait surréaliste et magouillée pour en faire un pur blockbuster hollywoodien. Mais la prestation des acteurs, assez troublante pour certains, rend les situations percutantes, sans oublier l’écho politique et criminel indissociable de l’intrigue principale. Mention spéciale à Viola Davis, qui dans sa froideur est bourrée de sensibilité, Michelle Rodriguez en contre emploi total, et surtout Daniel Kaluuya en grand vilain dégénéré qui fait flipper !

Les veuves

Sources & Credits : allociné.fr

Mais un scénario qui ne fait pas le poids face à ses précédents films.

Outre le divertissement avéré qu’est Les Veuves, je dois avouer qu’il m’a beaucoup moins secoué et marqué que les précédents films de McQueen. On sent bien que derrière la couche traditionnelle de l’histoire de braquage se dévoile un monde usurpé, incertain, une société inégalitaire menée par des politiques malhonnêtes. Tous ces éléments chargent lourdement l’atmosphère pesante du film, tout en renforçant son côté imprévisible lors du braquage final. Donc oui, il y a quelque chose de très prenant qui s’opère mais qui, en fin de compte, reste très commun. Pour ma part, Les Veuves ne m’a fait ni chaud ni froid car le regard sur les thèmes abordés n’apportait rien d’exclusif, comme une vague sensation de déjà-vu.

Les coups de génie sont ponctuels et offrent de magnifiques scènes mais dans l’ensemble, les enjeux de l’histoire ne me sont pas parvenus, me confrontant alors parfois à un ennui inattendu. Le fait que l’histoire se déroule de nos jours démontre le danger du monde crapuleux dans lequel on vit, mais rien de nouveau là-dedans. Et le braquage féminin, bien que synonyme de bon divertissement, ne préserve pas notre intérêt jusqu’au bout. A trop vouloir connecter ce récit à notre présent, le côté romanesque perd de sa splendeur et semble en désaccord rythmique avec le reste. Les nombreuses scènes de couple avec Liam Neeson (toujours accolé au même type de rôle d’ailleurs, ça en devient presque lassant), sous forme de flash-back ou de rêverie, détonnent bien qu’elles soient émotionnellement chargées.

Ce film est le premier du genre dans la filmographie de McQueen mais face à la force de ces précédents métrages, je suis navré de dire qu’il ne restera qu’anecdotique à mes yeux… Pas super trépident et fort commun en fait.

Si « Les Veuves » remportait un prix…

Meilleur second rôle pour Daniel Kaluuya ? Depuis Get Out, je suis fan de cet acteur !

Share

Entre les films d'horreur et les films d'auteur, mon coeur balance...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com