C'est ça l'amour

Critique de « C’est ça l’amour » réalisé par Claire Burger

C’est ça l’amour est le second long-métrage de la réalisatrice Claire Burger après Party Girl. L’action se déroule à Forbach dans l’est de la France et mis à part l’acteur principal Bouli Lanners, il ne s’agit ici que d’acteurs non-professionnels.

Quotidiennement puissant

C'est ça l'amour

Sources & credits : allociné.fr

Ma note : 7 / 10 (Coup de cœur)

Allez-y si vous aimez : les histoires de famille, les ados rebelles, la simplicité.

A éviter si vous n’aimez pas : les films quotidien, les acteurs non-professionnels, les divorces.

Avec Bouli Lanners (Convoi exceptionnel), Justine Lacroix, Sarah Henochsberg, Cécile Rémy-Boutang,…

 

Alors que sa femme a quitté le foyer familial, Mario se retrouve seul à élever ses deux filles adolescentes. Une page semble vouloir se tourner mais il n’arrive pas à se faire à l’idée qu’elle ne reviendra probablement pas.

 

 

 

Quand le hasard fait bien les choses…

C’est vraiment par défaut que je suis allé voir C’est ça l’amour et je suis très content d’avoir loupé ma séance initiale. C’est une très belle surprise ! Juste, riche et sensible. Alors que le nœud de l’intrigue se trouve être la séparation d’un couple, le long-métrage se déploie en plusieurs points de vue, comme un kaléidoscope qui va cerner le rapport à l’amour de chaque personnage, principaux et secondaires.

Ce récit intime, bousculé par des émotions vives, fait tout de suite écho à notre vécu. C’est inattendu et très bien amené, sans pathos ni effets cinématographiques écrasants. On sent que les moyens sont modestes, à l’image de cette histoire qui n’est pas exceptionnelle mais qui provoque forcément un effet boule de neige lorsqu’elle survient. Derrière ce cadre anodin, où on peut se dire que ce n’est pas si grave, se cache un vrai drame qui pose la question du deuil amoureux, de la reconstruction et de notre rapport aux sentiments.

C'est ça l'amour

Sources & Credits : allociné.fr

Scénario peaufiné et émouvant

La mise en scène de Claire Burger ouvre le champs à des personnages touchants ainsi qu’à des situations quotidiennes et parfois drôles. Que provoque une séparation ? Consciemment et inconsciemment ? Comment la parole se libère, se lâche, s’émancipe ? Bouli Lanners, seul acteur pro et homme de cette histoire, dévoile une véritable sensibilité entouré de toutes ces femmes. Son désarroi, sa maladresse et toute sa bonne volonté nous parviennent en plein cœur par le biais de cette figure paternelle qui chamboule les clichés de la virilité. J’ai été très étonné par les deux jeunes actrices, Justine Lacroix et Sarah Henochsberg qui l’accompagnent tout du long, très justes dans des partitions complexes ! En fait, ils sont très sobres mais la cohérence du scénario fait que ça nous parvient directement.

Le théâtre, fil rouge du film, revêt une place importante où la parole est réparatrice. C’est rare que le cinéma témoigne des bienfaits de la scène, surtout quand c’est bien fait. C’est ça l’amour est un ouragan émotionnel intérieur sans panique et sans cris, saisissant de véracité et d’envie d’avancer.

Si C’est ça l’amour remportait un prix…

Meilleur scénario, meilleur acteur et meilleure espoir féminin pour les deux ados, avec une préférence pour Justine Lacroix.

Share

Entre les films d'horreur et les films d'auteur, mon coeur balance...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com